SYD MATTERS + THE KONKI DUET (16/03/11 - Salle Jean Carmet - Allonnes/Le Mans)

              

 Non mais c'est quoi ces concerts assis? Quelle ne fut pas ma surprise d'être 'obligé' de m'asseoir entre Mamita (non mais c'est Gérard Lenormand qui joue ce soir ou SYD MATTERS?) et Chantal (elle a eu une place gratuite, non?). Coincé entre une personne du quatrième âge et une secrétaire qui mâche mécaniquement du chewing-gum, je regarde d'un oeil peu intéressé les trois bonnes copines de fac qui se sont dit un jour "hey les filles, ce serait bien qu'on fasse un groupe!" THE KONKI DUET, pas très affirmé sur ses talons, boîte à rythmes en avant, joue une electro-pop fourre-tout qui ne veut pas se prendre au sérieux. Il ne manquerait plus que ça... Si dans la première partie de leur set je détecte quelques clins d'oeil sympathiques à DEERHOOF et à BLONDE REDHEAD, la seconde, avec son violon trop présent, me laisse...disons...dubidatif. Ouf! Ca s'arrête. Excusez-moi mesdames... Les SYD MATTERS mettent un peu de temps à installer tous leurs instruments mais les choses prennent une autre tournure. La salle s'est encore un peu plus remplie et je respire d'être maintenant debout près de la scène. Malgré leurs quatre albums, je ne connais quasiment rien de ces parisiens mais c'est ma curiosité et mon instinct (pas franchement développé) qui me disent que ça va me plaire. Et au bout des trois premiers morceaux (dont l'excellent 'Hi-Life' sur Brotherocean), je suis conquis. Le fond d'abord: des compositions pop folk inventives, subtilement rythmées, riches qui n'hésitent jamais à prendre de chemins de traverse pour surprendre avec ses petites envolées psyché. Guitares, claviers, batterie, percus, basse, tout sonne juste, parfaitement en place pour libérer un maximum d'émotions. Chaque détail est pensé, maîtrisé, opportun et cohérent. Derrière cette succession de chansons au travail d'orfèvre, au coeur même des mélodies magiquement aériennes et des harmonies vocales douces et lumineuses, il y a Jonathan Morali, la langue, le cerveau, le coeur de SYD MATTERS. Sa voix, son jeu, ses idées éclaboussent de talent. Jamais en reste pour parfaitement porter ces airs sous les meilleurs cieux, les quatre autres du groupe s'en donnent à coeur joie en échangeant leurs instruments. Le tout avec simplicité. Et que dire de la forme...baignée de grâce. C'est tellement rare de voir autant de classe. SYD MATTERS a constamment la volonté de sortir des clichés folk sans jamais vouloir paraître ou trop en faire. Peut-être quelque part entre GRIZZLY BEAR, SUFJAN STEVENS ou MIDLAKE, les parisiens dessinent une musique aux contours si fins et si libres qu'elle ne peut que forcer le respect et l'admiration. Le rappel de trois titres était parfait comme ce set tout entier. Sublime! (chRisA - mars2011)